I-Qu est ce que la pollution de l'air ?

dscn0454.jpg

     La pollution de l’air est un phénomène qui prend progressivement de l’ampleur dans le monde et également en Algérie. Si on ne prend pas en compte les sources naturelles comme le sirocco qui touche  la partie nord du pays durant l’automne (d’après le MATE, en 2004 des concentrations très élevés de poussières dans l’air (+ de 10x la norme) ont été enregistrés) .Environ 70   % de la pollution atmosphérique est dû à des sources artificielles (industries (cimenteries, pétrochimie, sidérurgie), trafic automobiles, certaines pratiques agricoles comme l’emploi de pesticides…).

De plus, cette pollution grandissante nous concerne de très près puisque nous respirons cet air constitué de dioxygène, d’azote, de dioxyde de carbone mais aussi de particules en suspension et de gaz nocifs. Ainsi, les effets  sur la santé de l’Homme sont importants .Cancers pulmonaires, complications chez les personnes asthmatiques et divers maladies comme le saturnisme, sont des maux qui touchent la population du  pays notamment dans les agglomérations urbaines tel qu’Alger. De même, la pollution atmosphérique a  également des impacts sur l’environnement (flore, faune…).En Algérie, le nombre de personne atteint du cancer du poumon ne cesse d’augmenter et le milieu se dégrade de plus en plus.

L’Algérie est pays  en développement qui  a des industries très polluantes comme les usines d’ammoniac  à Annaba et de pétrochimie à Arzew (Oran). Les moyens permettant de lutter contre la pollution coutent  chers et sont un obstacle au bon développement de ces industries car ces techniques « écologiques » ne sont pas une priorité pour les responsables d’usines qui préfèrent acheter des matières premières.

Parlons un peu des sources naturelles de la pollution de l’air en Algérie. Les incendies de forêt causés par l’Homme ou se produisant naturellement peuvent polluer l’atmosphère. C’est ainsi qu’un plan national de développement forestier élaboré en 1984 sert toujours de référence pour la mise au point de plans d’actions pour ce qui est de la gestion, de la protection et de l’exploitation des forêts.

Les activités humaines sont également un danger puisque certaines sont des sources de pollution de l’air .La combustion incomplète des déchets par exemple produit une substance dangereuse : la dioxine. Il faut savoir qu’une exposition prolongée à cette matière est capable d’endommager le système immunitaire humain et être à l’origine des troubles du système endocrinien et de la fonction de reproduction. Du fait de sa solubilité dans les corps gras, la dioxine se concentre dans la masse graisseuse des animaux et devient ainsi présente dans la chaîne alimentaire de l'homme. Et si la principale voie de contamination humaine par les dioxines est ainsi l'ingestion, la voie respiratoire reste aussi un moyen favorisant la contamination par ces substances qui proviennent de l'incinération des déchets ménagers, hospitaliers et industriels.

Les véhicules à moteur diesel rejette en faible quantité du dioxyde de souffre. Il s’agit d’un gaz incolore qui a une odeur âcre .C’est  un des premiers polluants identifiés c’est un irrite des muqueuses, de la peau et des voies respiratoires, il se transforme en contact de l’humidité de l’air en acide sulfurique et contribue directement au phénomène de pluies acides.

 Pour conclure, on peut rajouter qu’ « il est reconnu à chacun de respirer un air sain qui ne nuise pas à sa santé et d’être informé de la qualité de l’air qu’il respire » d’où la mission du réseau Samasafia qui sera détaillé dans la troisième partie.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site